Périple au royaume Siam

Séjour à Chiang Mai

Mercredi 10/04

Dejà notre dernier jour à Sukhothai : c est à regrets que nous bouclons nos valises et quittons cet environnement si paisible  et reposant. 1 jour plein c est bien trop court, et nous aurions bien profiter d un jour supplémentaire à vadrouiller dans les campagnes verdoyantes alentours, aux routes peu empruntées.

Apres un petit déjeuner matinal, nous rejoignons nos tuk tuks et nous nous y entassons avec nos 5 valises XXL pour aller jusqu à notre arrêt de bus. Souvenir d un petit trajet épique à tenir nos valises en équilibre, les cheveux au vent, plein gaz sur la route.

Le bus pour Chiang Mai etst un tantinet vieillot et bien rempli. Tandis que les filles sont placées pour leur plus grand bonheur à proximité de 2 militaires bourrés de teutesterones, nous filons à l arrière, avec les familles locales. Le trajet de 5h 30 est un peu longuet, et passé les environs de Sukhotai, nous longeons de larges routes nationales sans grands attraits. Au moins pas de routes de montagne sinueuses  qui nous rendraient malades. J en profite pour bouquiner et somnoler. 

Vers 14h30 nous arrivons à Chiang Mai, soit au plus fort de la chaleur. Les faubourgs de la nouvelle ville sont dénués de charme, bruyants et bordés de boutiques hétéroclites, Enfin arrivés au terminal de bus, nous nous installons avec nos grosses valises dans un taxi rouge local pour aller à l hôtel. Nous longeons les remparts de la vieille ville aux briquettes rouges et ne tardons pas à apercevoir les toitures dorées des multiples temples.

Notre hôtel, au nord ouest de la vieille ville, est assez atypique avec ses façades rococos dorées, mais confortable et posé dans un petit jardin agréable. Nous apprécions nos chambres spacieuses et défaisons nos valises pour les quelques jours à venir.

En fin d’apres midi nous visitons les quartiers alentours, assez surpris que cette vieille ville soit une ville dans la ville, avec une circulation incessante et pas mal de bruits. Souvenir de notre 1ère halte au Fern Forest Café, charmant petit café ombragé avec son bassin de carpes . Nous dînerons le soir au night bazar, très étendu et animé, ce qui me rappèlera la frénésie de Bangkok.

Jeudi- vendredi- samedi - dimanche

Navrée pour cette petite interruption de blog. Je cumule un peu de fatigue et essaie tant bien que mal de me relâcher. Ce n est pas aussi facile que je l aurai penser.

Jeudi : 1ère journée à Chiang Mai. Nous abandonnons progressivement l idée de louer un scooter, la circulation est vraiment dense. Nous nous résignons à louer un van - certes  confortable - pour la demi-journée, ce qui n est pas notre concept de voyage.

En tout début de matinée nous partons vers le Doi Suthep, temple érigé sur une petite montagne environnante. Nous découvrons ses 300 marches entourées de 2 grands dragons majestueux.

Au sommet, le temple est grand et bondé de monde. Il commence à faire chaud, et nous déambulons tranquillement à l intérieur. C est assez reposant malgré tout et faisons une halte thé-café.Notre guide-conducteur nous emmène par la suite dans une petite fabrique de jade, puis nous redescend au centre ville visiter les principaux temples. Il fait très chaud. 

Nous choisssons de déjeuner au Fah Lanna, café avec un petit jardin tropical dont le cadre nous subjugue. Le  décor est  raffiné et les plats servis sont délicieux . Un magnifique SPA jouxte ce café boutique et nous visitons les lieux avec émerveillement.. Complètement sous le charme des lieux, nous ne tardons pas à réserver un massage aux herbes Thai pour le lendemain. 

Par la suite détente à la piscine, et Zaza ayant envie de manger japonais, nous partons en expédition à l autre bout de la ville, dîner dans un restaurant japonais repéré sur TripAdvisor, où on aura du mal à se faire comprendre tout au long de notre repas. Les suchis ne nous laisserons malheureusement pas un souvenir impérissable : trop de mayonnaise et de déviance altérera la saveur des plats. 

Vendredi : 

Ce matin, c est notre sortie Quad à Mae Rim, village à une 10zaine de km au nord de Chiang Mai. Philippe se réjouit, et je suis heureuse de sortir de l agitation de la ville. Nous ne sommes que 8 : un jeune indien et une Hong kongaise, un couple d anglais et Zaza et les Poupou. Nous partons tranquillement sur les routes de campagnes à bord du van du Tour opérateur.. Je profite du paysage et du calme. Une fois en salle, les ennuis commencent : d abord le quad de Philippe n avance pas droit : la direction semble KO ; un des 2 quads des anglais tombe en panne, et je me brule le mollet contre le moteur brûlant.   Nous faisons de nombreuses haltes réparations, et finissons par abandonner au bord de la route un quad qui a rendu l’âme.  Nous roulons en grande partie sur des petites routes bitumées, ce qui agace Philou. Nous faisons toutefois quelques petites escapades sur des sentiers forestiers, mais bien trop peu au vu du prix prohibitif payé pour les 3h de ballade supposées en pleine nature.

Bref, l’aventure quad par ATV n est pas à recommander. Cette balade aura toutefois eu le mérite de m aerer de la ville. Ma brûlure sur le mollet me rendra la vie un peu difficile pour les prochains jours.

Vers 13h nous rejoignons Martine à un petit restaurant sans prétentions en ville, et nous nous régalons de plats locaux. Après une courte ballade en ville on  rejoint notre sympathique spa.

Sitôt arrivée dans cet antre voluptueux, nous sommes accueillis par un délicieux thé glacé à l hibiscus et des serviettes fraîches. Nous remplissons des petites fiches où nous indiquons tous les points du corps sur lesquels on souhaite se faire masser, ceux à masser avec précautions, et ceux qui sont à proscrire. Décrire le temps voluptueux qui s est écoulé durant notre massage d’1h va être vain, tant ce moment fut agréable pour nos sens et notre esprit.

À la fin du massage, un délicieux thé chaud au gingembre accompagné de petits gâteaux, viendra clôturer ces divins instants.

Le soir, ce fut à nouveau foot street et petit marché de nuit. Les pina-collada ne furent pas les meilleures, mais nous étions tout de même dans un état d alcoolémie qui nous nous a rendu enjoués jusqu à la fin de la soirée.

Samedi

Bon, pas facile de s enfuir de Chiang Mai quand on a pas de moyen de locomotion autonome. Sans compter qu aujourd’hui, nous sommes en plein nouvel an lunaire,  ce qui se fête à coup de grandes eaux du matin au soir. C’ est une joyeuse fiesta dans la ville, où les gens de tous âges et de tous profils, Thaïs et touristes se livrent jubiles à des batailles d eau. Tout est bon pour arrrosé le chaland en balade : des pistolets à eaux - que dis-je, des bazoukas - des seaux, des jets d’eaux, des lances à karsher... Bien sûr, nous serons maintes fois arrosés, trempés, détrempés et on peut dire que nous serons dans le cœur de l ambiance jusqu au soir.

Cette journée supposée tranquille en termes de visite sera marquée par la visite de temples en pleine festivités, des processions en costumes et musiques et un arrêt repas chez une Thai la plus d agreable du pays. 

Le soir, un peu las de nos 14 km de déambulation, nous dînerons à l hôtel, à proximité d un groupe de français très nombreux et bruyant.

Dimanche

Vite fuir à tous prix la ville, et ces batailles d eaux incessantes qui nous rend dégoulinants de la tête au pieds toute la journée durant...

Aujourd’hui nous avons prévu un treck en forêt : nourrir et soigner des éléphants dans une ferme au Nord, une petite ballade sympa en forêt, une rencontre avec une tribu recluse en forêt, et une descente en radeau de bambous.

Nous sommes bien contents de cette petites excursion. Nous commençons par la ferme aux éléphants : nous coupons à la machette des cannes à sucre, puis confectionnons des grosses boulettes à base de bananes, de tamarins, de chapelure et d eau.

3 éléphants et un petit éléphanteau en semi liberté ne tardent pas à nous rejoindre, et nous les apprivoisons peu à peu en leur donnant à manger. Après les cannes à sucre attrapées tout en délicatesse par le bout de leurs trompes, nous leur déposons les boulettes confectionnées dans leur bouche. C est fou comme ils sont intelligents : ils ouvrent leur grande gueules et nous tirent leurs énormes langues afin qu on puisse leur déposer dessus. Bon, je ne suis pas hyper rassurée non, plus, mais ils sont calmes et dociles. Puis vient le bain : on se dirige tous vers une petite rivière, et les’peds Dans l’eau et armés de seaux, on les nettoie en leur jetant de l’eau. Ils marqueront leur gratitude avec de beaux cacas qui flottent dans la rivière où on fait trempette.

Par la suite, direction la ballade en forêt. J avoue qu 1 bonne heure de grimpette sous un soleil de plomb ne m à pas du tout enthousiasmée. Quand enfin, nous arrivons dans un petit village forestier, nous prenons le temps de souffler et de nous reposer. Nous sommes remplis de terre et de poussière rouges, qui nous collent au corps. 

Lors du retour, nous ferons une halte bien appréciable à une petite cascade bien fraîche. Bon le sentier est un peu pentu et glissant, mais cette baignade en eaux fraîches, sous + de 40° nous fera du bien.

Arrivés au bas de la promenade, après avoir engloutis des magnums glacés trouvés dans cet endroit improbable, nous rejoignons notre radeau de bambous pour une ballade calme et bucolique sur une rivière peu profonde. C était absolument reposant. 

Nous rentrons à 19h30 à notre hôtel, éreintés par cette belle journée. Avec sa montre intelligente, Philou a noté que nous avons grimpé un dénivelé équivalent à 49 étages, et marché 11,4 km. Un vrai raid pour la non sportive que je suis.

Helas, c est toujours la même frénésie dans les rues : les batailles d eau sont incessantes et ça rebute Philou et Lilian de sortir. Aussi, c est en commando de filles que nous sortons acheter à manger, avec en ce qui me concerne, ma casquette vissée sur la tête et mon Kways à + de 38°.

Lundi

Nous perdons un peu le fil du temps. Dernière journée à CM, ce qui me réjouis personnellement tant j en ai marre de ces agressions d eaux continuelles, et de cette musique de Gay-Pride tout au long de la journée. 

Je me lève avant tout le monde et commence à mettre à jour le blog dès le petit déjeuner. Aujourd’hui le programme est tranquille : ballade au marché chinois, derniers achats et piscine. 

Tiens on est lundi, on dirait que la ville est plus calme. On va pouvoir profiter. Pfeuhhhh peine perdue au retour du marché. Une colonie d excités prend d assaut l entrée de notre van-taxi et nous asperge d eau des minutes entières. Je suis dans  le même état que si je m’etais  jetée habillée dans la piscine. 

Nous déjeunons donc trempés et prenons la route vers l hôtel, aspirant à plus de calme. Ça sera presque réussi, si on avait pas eu les sonos diffusant de la Techno non stop juste à côté...

Bon demain, direction notre île déserte de Koh Yao Noi et retrouvailles avec Sylvie. Je devrais être d humeur moins morose, et dans un environnement plus calme.



Publié à 13:45, le 15/04/2019,
Mots clefs :


Halte à Sukhothai

Lundi 10/04

Nous arrivons à Sukhothai en fin d’après-midi midi et sommes émerveillés par le côté rural, calme et préservé de cette ville du nord. Déjà vu d’avion, nous sommes enthousiasmés par les vastes étendues de champs, les plans d eau et le peu d agglomérations. Après 4 jours passés dans une mégapole bruyante et animée, nous avons besoin de sereinité et d authenticité. 

À notre atterrissage, un petit train tractė par une voiturette vient nous chercher et nous dépose dans le hall de l aérogare qui ressemble à un temple ouvert, avec des zèbres qui broutent tout à côté. Des bassins d eau avec des nénuphars nous entourent... c est complètement surréaliste. 

Pas de tapis roulant : les bagages sont déposés de l avion, directement devant nous, et le temps de conclure notre course en taxi pour le trajet aéroport - hôtel, nous voilà sur les routes quasi désertes en pleine campagne. Nous longeons beaucoup de petites maisons en bois typiques sur pilotis, des champs, des étangs, puis au bout de 45 mn de trajet, nous finissons par arriver à notre guesthouse sous un soleil couchant, d un rouge flamboyant.

L accueil est parfait : la réception nous communique mille et une informations utiles concernant le tarif des tuk tuks locaux, les horaires d ouverture du parc historique, et les meilleurs restau alentours. Nous nous rendons donc à celui conseillé, ã un peu près 1 km et nous nous sommes régalés de plats succulents que nous nous sommes partagés avec délectation. La nuit fut bonne, malgres le chant  très matinal des oiseaux qu on entendait depuis notre chambre.

Mardi 11/04

C est au petit matin, lorsque la chaleur n est pas encore assomante, que nous décidons d enfourcher de vieux vélos loués à l hôtel pour rejoindre le parc historique de Sukhothai. Cette ballade au calme dans un site magnifique à été des plus réjouissantes : des vestiges anciens de la cité royale ornés de temples et de bouddhas anciens dans un écrin de verdure, est absolument magique. Le fait de la parcourir ã vélos, à l ombre des tamariniers et de centaines d autres arbres multi centenaires, a été une source de paix et de plaisir pour tous. Ici pas de tourisme de masse - enfin tout au moins durant notre visite -  mais des petits moines aux robes jaunes safran un peu curieux de nous voir , et quelques touristes assez discrets disséminés dans le parc. Le son d un lointain gong résonne de temps à autres, et l envol des aigrettes ajoutent de la poésie au magnifique tableau devant nous. C est un véritable enchantement et on savoure notre chance.

Le seul hic, est peut être l absence de bières dans les troquets bordant le site. Tans pis, les smooties bananes et mangue font très bien l affaire aussi. Je regrette de ne pas rester un peu plus car l endroit est vraiment reposant.

Vers 13h, le mercure atteint 41 ° et la chaleur dévient intenable... aussi la piscine de l hôtel  sera une halte salvatrice pour nous rafraîchir avant de reprendre nos vélos pour admirer une dernière fois le site au coucher du soleil. Moment magique et unique. 

 

 



Publié à 03:42, le 9/04/2019, New Sukhothai
Mots clefs :


Dernière journée pleine à BKK

Dimanche 07/04

 

C est de bonne humeur que nous nous retrouvons sur la terrasse extérieure prendre notre petit dej : aujourd’hui hui c est presque grasse mat, et aucune excursion sportive n’est au programme. Philou et Lisa ont opté hier soir pour la visite du Wat Pho avec une option éventuelle de massage pour la matinée, et l aprem pour le marché de Chatuchak au nord de la ville. 

Depuis hier soir, l hôtel a été envahi par une colonie de chinois (ou deTaïwanais ?) très bruyants, comme à leur habitude. Un ballet de portes qui claquent et des piaillements nous ont réveillé cette nuit, mais notre belle humeur n’en est pas entachée.

Nous partons l’humeur légère en bateau bus rejoindre le Wat Pho. Notre bateau est déjà bondé, et il est tout juste 9h. Notre bateau nous dépose sur la berge opposée du temple, devant le Wat Arun dont la beauté nous interpelle. Nous décidons de le visiter et de grimper les hautes marches des stupas  blanches qui s érigent vers le ciel. Nous ne serons pas déçus : l architecture est différente et me rappelle des influences indoues.Nous en profitons pour acheter à bas prix des éventails imprégnés d une odeur fort désagréable de crottins. Mais entre 38° sans aucun souffle d’air, et une ventilation nauséabonde, je préfère la 2nde option.

Nous prenons le bac pour rejoindre le Wat Pho, et là, ô bonheur, pas de queues aux caisses ! Nous partons admirer le grand bouddha doré couché ( très beau,mais beaucoup de monde à l’intérieur du temple) et déambuler dans le parc tout aussi joli. Nous ne tardons pas à trouver l école de massage rattachée au temple, et d un pas décidé, nous entrons nous renseigner. Second bonheur : on peut nous prendre tout de suite tous les 4 pour un massage traditionnel : chouette !

Bon, ce n est pas du tout relaxant, toutes ces fortes pressions sur des méridiens d acupuncture, et ces contorsions forcées, mais l objectif étant thérapeutique, je me dis que ça ne peut faire que du bien, surtout avec toutes les tensions accumulées sur mes cervicales.

Zaza a eu droit à un masseur qui s est bien affairé sur son fessier, ce qui l’a laissée ravie pour le reste de la journée. Par contre navrée, je n ai aucune photo souvenir de ce moment d extase.

Aprés cette fort agréable expérience, nous retournons pas très loin de l hôtel, à bord d un tuk tuk négocié à 300TBH (+/- 8 €), et nous empressons d accueillir notre amie Martine, venue nous rejoindre à compter de dimanche. 

L après midi a été calme au bord de la piscine : compte tenu de l’heure avancée, nous décidons de ne pas aller à Chatuchak afin de ne pas nous speeder. Puis en fin d après midi, petit apéro tous les 5 à notre petit bar préféré où nous commençons à être des habitués.



Publié à 18:29, le 7/04/2019, Bangkok
Mots clefs :


Bangkok à vélo

Samedi 06/04

Reveil aux aurores ce matin : c est le jour de notre excursion à vélo pour découvrir les quartiers typiques de Bangkok, hors sentiers battus. Le lever à 5h45 est difficile pour tout le monde (il y a 3 jours, c était encore 00h45)...

Nous voilà partis à 6h15 avec un sac de sandwichs aux œufs en guise de petits déjeuners, pour attraper notre bateau taxi à 6h30. À cette heure ci pas d’affluence, c est déjà ça d’acquis ! Nous arrivons à 7h à l agence de location de vélos où nous attendent nos guides et un petit groupe d’Hollandais, Belges et Allemands de tous âges. C est parti pour 5 h de ballade qui j espère ne vont pas nous anéantir....

Nous ne tardons pas à enfourcher nos vélos et à nous enfoncer dans des ruelles étroites de Chinatown, de grandes artères animées et à traverser un marché local animé aux étals improbables. Ce début nous plaît bien : c est une immersion comme on aime, même si j ai l’impression qu on envahit quelque peu les riverains avec notre farandole de 15 vélos jaunes fluo. Puis on dépose nos vélos sur le bac qui nous emmène sur la rive d en face, où là il n y a plus de touristes. Il est 8h et la chaleur est écrasante. On fait de nombreuses pauses dans des temples où trônent de grands bouddhas dorés, longeons des ruelles étroites et encombrées, mais l ambiance est calme et tranquille. Puis on longe des petits canaux entourés de vergers magnifiques : manguiers, cocotiers, papayiers (?) ... toutefois le chemin est très étroit et entouré de plans d’eau: il s agit de ne pas tomber, et là ce n est pas gagné en ce qui me concerne. Ce périple matinal sous un soleil brûlant, et ce jeu d équilibristes sur des ponts de 50 cm de large se révélera plus stressant que prévu pour notre Lisa. J aurai peut être dû être moins radicale sur ce projet d excursion. Notre Lisa arrive tant bien que mal à la dernière étape du parcours, où nous déjeunerons de succulents plats typiques (et pas trop épicés) pour nous remettre de notre fatigue et de nos émotions. Heureusement le retour se fera par Long Tails pour regagner l agence. Nous somnolons, au ritme du moteur.

12h c est la fin du calvaire pour Zaza : nous reprenons notre bateau bus ultra bondé à cette heure ci, pour rentrer nous détendre à l hôtel. Nous sommes épuisés et dégoulinant de sueur (41 ° cet après-midi) et c est avec soulagement que nous nous détendons le reste de la journée  à la piscine de l hôtel. 

Côté Poupou, nous ne regrettons pas la ballade : nous avons une autre vision de Bangkok, plus profonde et bucolique, moins survoltée. L organisation est au top : tant au niveau de l encadrement que du parcours et de la logistique. Mais il faut être en forme pour s y lancer et tenir le ritme car on pedale au moins 3h30 non stop.

Au vu de nos dépenses physiques de la journée, nous avons opté par la suite pour une ballade tranquille dans le quartier de Khao San autour de l hôtel. De toute façon nous n étions pas en état de faire plus aujourd’hui.

 

 



Publié à 16:36, le 6/04/2019, Bangkok
Mots clefs :


Arrivée à Bangkok

Jeudi 04/04

Nous arrivons à Bangkok après 12 h de vol sans encombres mais assez épuisantes. Notre transit à mi parcours à l’aéroport ultra aseptisé de Dubai, a été une pause bénéfique mais qui ne nous a pas vraiment coupés de la culture occidentale. Le duty free géant ne semble pas connaître de répit même à 2 h du matin. Bijoux, articles de luxe et pacotilles s enchaînent entre les différentes zones de notre terminal. Nous commençons à ressentir la fatigue et avons hâte d arriver à destination.C est avec soulagement que nous nous installons dans notre Boeing 777 direction Bangkok. Je suis tellement épuisée que je me suis endormie sitôt assise et que je ne me suis pas rendue compte qu on décollait.

Nous atterrissons à l heure - voire avec 1/4 h d avance - à Bangkok, courbaturés et l’esprit embrumé par les quelques heures de sommeil en pointillés sur notre fauteuil inconfortable.On se rend passablement compte qu on est arrivés à destination, d une part par de discrètes effluves d épices, mais aussi par l’l attroupement bruyant et omniprésent de chinois agités aux tenues vestimentaires chamarrées. 

À l extérieur la température est de 38° mais on ne s en rend pas vraiment compte, entre l air conditionné de l aéroport et  celui du taxi. En route vers l hôtel, on lutte non sans mal, pour ne pas nous endormir. Au bout d1h de transfert nous gagnons enfin nos chambres et tombons comme des enclumes dans nos lits.

2h après on est sur pieds, un peu plus frais et reposés. Nous découvrons les quartiers environnants de la vieille ville, ses bars avenants aux cocktails gourmands, les marchands ambulants de fruits exotiques frais et bien mûrs, les zones piétonnes foisonnant d échoppes en tous genres, de musiques et de foot street. Ça y est : dans ce décorum, on réalise qu on est bien arrivés. On décide de se poser dans un sympathique bar très zen aux tables basses et canapés larges et avenants pour siroter un cocktail de fruits mixés dans de la glace  et là, on savoure notre bonheur.

Vendredi 05.04

C est un comble : après avoir stressé Zaza toute la veille au soir pour lui interdire de faire la grasse mat, on loupe notre RDV pour le petit dej de 7h30 et c’est elle qui vient nous réveiller en frappant à la porte...  On a dormi quasiment 12h. Zaza est furax et à juste titre ...

Après un petit dej copieux en terrasse, le long du Chao Praya, nous voici partis  en vadrouille pour découvrir le Grand Palais (qu à 10mn à pieds de notre hôtel). Il fait vraiment très chaud même à 9h du matin, et dress code obligé, on part tous jambes et épaules couvertes pour visiter les temples.

Ouf ! Une bonne surprise : pas de queue pour prendre les tickets ce qui est un coup de chance vu le monde et les km de bus de tourisme garés tout autour du palais. 

L endroit est somptueux, mais la chaleur suffocante, et une foule compacte s’agglutine tout autour de nous. Souvenir de milliers de petits pas, de chinois prenant d interminables selfies et photos aux meilleures endroits. On y reste tout de même 2 h puis rentrons trempés de sueur mais motivés pour  nous rafraîchir dans la piscine. Pour 

L‘après-midi nous partons à 4 cahutés dans un frêle Tuk Tuk qui roule plein gaz vers la maison de 

Jim Thompson. C est un lieu splendide : une authentique maison Thai en teck rouge, entourée d’une multitude de plantes exotiques, de danseurs en tenue traditionnelle, et d objets d art raffinés. C est un bonheur des sens. Malgres tout, la chaleur et la fatigue commencent à me saisir, et je me sens peu à peu défaillir. Heureusement un restaurant climatisé dans l enceinte du parc me permettra de me requinquer, et nous mangeons bien volontiers les délicieux mets de la carte. Certes, les prix sont un peu chers, mais ce fut delicieux !

Ensuite, nous avons poussé la promenade jusqu’à MBK, temple de la consommation à 2 pas de Jim Thompson. C est là que j ai été parée et maquillée par d adorables Lady Boys en princesse Thaï pour une séance photo mémorable. C est affreusement cher, mais c est une expérience unique que je ne regrette pas. Lisa n’a pas tenu à poser avec moi avec un « couscoussier » doré et pointu sur sa tête... ce qui est bien dommage. Quand à Philou : impossible de le convaincre d enfiler une panoplie dorée de roi avec de belles pantoufles de fils d’or aux bouts relevés. Bon je n ai pas de photo numérique dans l immédiat, mais Lisa m’a mitraillée en fraude : théoriquement je devrai pouvoir vous poster une vue de mon formidable déguisement rouge et or et de mes belles breloques.

Et hop là voilà ! Sawasdee Kha



Publié à 16:41, le 5/04/2019, Bangkok
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Avril 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 

Sites favoris


Rubriques


Derniers articles

Séjour à Chiang Mai
Halte à Sukhothai
Dernière journée pleine à BKK
Bangkok à vélo
Arrivée à Bangkok

Amis